flash news

Pose de la première pierre de la nouvelle cathédrale russe à Paris

 

4Maquette des futurs cathédrale et centre culturel russes à Paris – @maxime-and-co.com

 

Le 14 avril 2015 restera une date mémorable pour les Russes de France et, plus généralement, pour les relations franco-russes. En ce jour fut posée la première pierre de la nouvelle cathédrale russe, dédiée à la Sainte Trinité, dont on annonce que la construction s’achèvera vers la mi-2016. Cathédrale mise à part, le terrain, acheté il y a quelques années par la Fédération de Russie, accueillera également des bâtiments à vocation culturelle, de même qu’une école franco-russe.

Ont pris part à la cérémonie l’ambassadeur de Russie, la Maire du 7ème arrondissement, ainsi que des représentants de l’administration présidentielle russe, du cabinet d’architectes JM Wilmotte et du constructeur Bouygues.Un office a été célébré à cette occasion par l’évêque de Chersonèse Nestor, dirigeant l’évêché français de l’Eglise Orthodoxe Russe.

L’ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, a estimé que ce jour pouvait être comparé au 7 octobre 1896, date de la pose de la première pierre du pont Alexandre III, lequel se situe à proximité et embellit jusqu’à ce jour la ville de Paris. Souhaitons, poursuivit l’ambassadeur, que la nouvelle cathédrale devienne un symbole de l’amitié franco-russe, au même titre que ce pont, et qu’elle devienne un témoignage des racines spirituelles chrétiennes communes à la France et à la Russie.

A son tour, l’évêque Nestor a fait part de sa profonde émotion, liée à cet événement. Il a rappelé que l’idée de la construction d’une nouvelle église était née il y a environ 7 ans de cela, au sein d’un petit groupe de 6-7 personnes. A cette époque, il semblait très peu réaliste que le projet puisse aboutir ne serait-ce qu’à la simple pose de la première pierre. C’est à présent devenu réalité. C’est une très grande joie, et qui va bien au-delà du seul évêché, que ce projet ne consiste pas qu’en un lieu de culte, mais en tout un centre culturel qui aura vocation de montrer tout ce que la Russie a de mieux, au cœur de la France. Mais cela suppose également une lourde responsabilité pour ceux qui seront amenés à diriger ce centre. A ceci, l’évêque a ajouté qu’il était désormais temps non seulement de conserver, mais également de créer.

Dédiée à la Sainte Trinité, dont la symbolique représente l’unité de la foi au sein des différentes personnes qui la composent, la nouvelle cathédrale deviendra un lieu de dialogue entre différentes cultures. Faisant référence à saint Serge de Radonège invitant Roublev à écrire sa célèbre icône de la Sainte Trinité « afin qu’elle contribue à vaincre la haine », l’évêque a conclu que cette nouvelle cathédrale aura vocation à jouer un rôle similaire.

Paris, le 14 avril 2015,
Maxime Gédilaghine

1

@ Parlons d’orthodoxie

 

 2

@Alexis Tchertkoff

3

@Alexis Tchertkoff

En haut