Русская версия «Maxime & Co»
Accueil

Communiqué: «ODIEUX: l’ideal olympique trahi, le droit bafoué»

ODIEUX: l’idéal olympique trahi, le droit bafouélogo-ccr-text-rus-90

Communiqué du Conseil de coordination du Forum des Russes de France

Triste jour que ce 23 août pour l’idéal Olympique! Au temps des Grecs, les guerres cessaient entre les différentes cités. Pierre de Coubertin rêvait à un rapprochement des peuples, des religions et des ethnies par le sport…. Ceux qui aujourd’hui lui ont succédé trouvent intérêt au contraire à instiller la méfiance et la haine dans l’opinion.

L’opération n’a pu être menée jusqu’au bout pour les J.O qui viennent de se terminer, alors sans craindre l’inhumain et l’odieux, on s’attaque aux athlètes invalides pour atteindre de sombres objectifs – et sans doute à plus court terme se débarrasser d’un sérieux concurrent et rafler ainsi plus de médailles et de primes, comme ce fut tenté en
athlétisme pour les Jeux «normaux». D’autres athlètes que des Russes s’y sont dopés !

Le TAS (Tribunal arbitral du sport) a rejeté l’appel déposé par le Comité paralympique russe contre la décision rendue le 7 août par le Comité international paralympique (IPC), confirmant par conséquent, la décision de l’IPC. Phillip Craven, le président de l’IPC, sujet britannique, lui même basketteur invalide – ce qui rend sa démarche encore plus inhumaine car il doit savoir quels efforts et quels espoirs représentent les jeux paralympiques pour des gens atteints par le malheur et qui ont refusé de se résigner.
Il est de formation juridique mais n’a donc pas craint d’introduire une notion de responsabilité collective basée, qui plus est, sur une appartenance nationale.

Car enfin, la commission Mac Laren, n’a accusé que 44 athlètes paralympiques de s’être ou d’avoir été dopés lors des jeux de Sotchi. Rappelons que ce rapport a été rendu public après la publication de rapports nord-américains US et canadiens (la voix de son maître ?) et sert de prétexte
à toutes ces mesures, sans d’ailleurs vouloir fournir les preuves que demandent les Russes. 44 personnes ce ne sont pas tous les athlètes russes : exclus pour la seule raison qu’ils sont russes ! Depuis le refus du chancelier Hitler de serrer la main du coureur Jesse Owens, jamais les Jeux Olympiques n’avaient été marqués d’un tel racisme.

Et si MM. Craven ou Mac Laren cherchent à dissimuler cet aspect nauséabond de leur démarche, par l’attitude – très possible – qu’ils prêtent à des responsables sportifs ou politiques russes qui auraient falsifié des tests, rien ne peut justifier de priver des hommes et des femmes, durement frappés par le destin mais qui forcent le respect et l’admiration par leur courage, du droit de participer à ce qui pour eux est parfois le moment le plus fort de leur vie. Si ce n’est la volonté de semer la haine et de préparer les opinions à la guerre. Pauvre Coubertin !

Share